Evénements passés
----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Minute de silence
Lundi 18 juillet 2016 à 12h, une centaine de personnes se sont données rendez-vous devant la Mairie pour rendre hommage aux victimes de l'attentat du 14 juillet 2016 à Nice.
Discours de Bernard Jobert, Maire de La Croix Valmer

"Il y a ceux qui savent ce qu'il aurait fallu faire pour éviter le drame de Nice. Ceux qui savent ce qu'il faudrait faire pour que ce drame ne se reproduise pas. Il y a ceux qui disent qu'il faut poursuivre l'état d'urgence, ceux qui disent qu'il faut aller plus loin, et ceux qui disent que ça ne sert à rien. Il y a ceux qui polémiquent inutilement et ceux qui dénoncent ceux qui créent des polémiques inutiles. Il y a ceux qui savent ce qu'il aurait fallu dire ou montrer. Il y a ceux qui savent avant d'avoir des preuves. Il y a ceux qui nient même après. Ne les croyez pas !
S'il y a bien une chose que l'on sait, c'est que l'on ne sait rien. On ne sait plus rien. Il faut avoir l'humilité de le dire, de le reconnaître, l'accepter. Nous faisons face à une menace nouvelle et inconnue qui frappe encore d'autant plus fort qu'on la croit affaiblie.
Notre logiciel commun pour tenter de comprendre que le monde est cassé, les politiques devraient arrêter de parler comme s'il s'agissait de commenter et de proposer des recettes dont on sait qu'elles ne répondent pas aux inconnues qui se dressent devant nous.
Nous sommes tous démunis. Le reconnaître, c'est aussi accepter de se mettre au niveau de l'autre pour réfléchir ensemble.
Que dire ? Que faire ?
Nous allons pouvoir disserter sur la barbarie.
Nous allons analyser la portée symbolique de cette inhumanité au soir de la fête de la République. Nous allons digresser sur le devoir d'éducation. Nous allons marcher ensemble, écrire, parler pour évoquer l'inexplicable. Nous allons surtout nous recueillir en la mémoire de celles et ceux, petits ou grands, qui un soir de liesse et de joie, se sont effondrés à jamais sur l'asphalte niçoise.
Nous éprouvons une compassion sans limite pour toutes ce familles dévastées. C'est, ce sont "nos" familles, nos fils, nos pères, nos mères, ce sont les "nôtres".
Si l'unité d'une nation doit avoir un sens, elle doit surtout être éprouvée quand nos coeurs sont traversées.
Assez de prétextes pour ne pas mener le combat, là où il doit être mené.
Alors oui, nous pouvons lancer comme il est désormais une inconvenante habitude - Je suis Nice - pour donner la couleur de l'espoir à nos messages."
 
Meteo La Croix-Valmer
Agenda événementiel
Evénements à venir
Pétanque
25/06/2017
En savoir +
Café-conférence
27/06/2017
En savoir +

labels-certifications

partenaires