A la Une Archives
----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Projet de supérette
L’implantation de la nouvelle supérette alimentaire sur la route de Cavalaire fait beaucoup parler (et écrire) mais elle a suivi une procédure légale, sur laquelle la commune et le département ont fait respecter la réglementation, en matière d’urbanisme et de sécurité routière. 

 Terrain non pollué et sécurité routière respectée
Le terrain n’est pas pollué, comme en témoigne un rapport réalisé à la demande de la société qui devait s’implanter avant que le propriétaire des lieux ne change de locataire. La sécurité routière est respectée, comme le précise le rapport du responsable technique du conseil départemental en charge du dossier.

 Les pouvoirs du maire limités
Enfin, les pouvoirs du maire ne permettent pas en France d’intervenir sur la liberté du commerce quand il s’agit de moyennes ou petites surfaces. C’est la loi, qui favorise la libre entreprise. Les informations erronées qui ont circulé à dessein ne doivent pas masquer la vérité. Il reste à espérer que l’implantation de cette supérette dynamise le commerce local, pour lequel la municipalité multiplie les actions.

 Historique 
Le permis de construire a été déposé le 20 janvier 2015 en mairie. Transmis ensuite à la DDTM pour instruction, il a reçu un avis favorable de l'architecte des bâtiments de France le 3 février suivant. Le 21 mai, c'est au tour de la commission de sécurité et la commission d'accessibilité de donner un avis favorable. Mais le 2 mars, le conseil départemental, saisi pour la partie voirie, émet un premier avis défavorable, le projet n'intégrant pas l'accès riverain et surtout "n'apportant pas de réponse globale en terme de sécurité au traitement de l'accès même à la parcelle". Un tourne à gauche est donc demandé. Après avoir reçu un dossier modifié, le Département donne finalement un avis favorable le 25 avril 2015. 
Le 3 juin 2015, la DDTM considère que l'instruction du dossier est close. Elle adresse à la mairie une proposition de décision favorable sur une demande de permis de construire. Le permis a donc été déposé puis instruit par la DDTM durant le premier semestre 2015. 
Point à noter, lors du dépôt de cette demande, la commune était administrée par une délégation spéciale suite à l'annulation des élections. La commune n'a fait qu'appliquer la loi et les règles en vigueur sur le terrain concerné. Rien ne pouvait donc s'opposer à cette demande d'aménagement qui a suivi toutes les procédures en vigueur, y compris concernant la pollution éventuelle des sols. Monsieur le Maire, Bernard Jobert, aurait dû justifier un refus, motivé ou non, qui, au regard des éléments légaux, aurait été attaqué par le demandeur, annulé ensuite par le tribunal et susceptible d'entraîner de lourdes indemnités payables par la municipalité.

Meteo La Croix-Valmer
Agenda événementiel
Evénements à venir
Marché artisanal nocturne
28/06/2018
En savoir +
Remise des cadeaux aux CM2
28/06/2018
En savoir +

labels-certifications

partenaires