A la Une Archives
----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Le C.C.A.S. de La Croix Valmer lance son cycle de café-conférences
Une fois par mois et sur l’année 2017, le C.C.A.S. propose de participer à un café-conférence, dans un espace intime, à la salle Rubis.
 Le principe "Café-Conférence"
Une rencontre mensuelle livrera les regards croisés de Monika Karasinska, neuro-psychologue, et un travailleur social du Centre Communal d’Action Sociale de La Croix Valmer, sur un sujet douloureux : l’aide que chacun peut apporter à une personne présentant des troubles neuro-dégénératifs. Principalement destiné aux familles, ce rendez-vous s’ouvre toutefois à chacun : "que l’on soit voisin, ami, conjoint ou collègue de travail…, d’un âge avancé ou plus jeune, on peut être amené à se trouver face à une personne qui présente des troubles. Le savoir a l’avantage de pouvoir freiner l’évolution de la maladie car la prise en charge sera effectuée plus tôt" déclare Monika Karasinska. "D’autre part, certaines pathologies nécessitent une prise en charge professionnelle : des troubles d’humeur apparaissent. L’entourage peut être dépassé, il ne sait plus quoi faire, la maltraitance peut aussi arriver."

 La Croix Valmer, un territoire isolé
Christelle Roux, Directrice du C.C.A.S. et à l’origine de l’action, est partie d’un constat : "Nous n’avons aucun chiffre précis sur les personnes atteintes de maladies neuro-dégénératives sur La Croix Valmer et même dans le Golfe car peu de diagnostics sont établis via la consultation mémoire, seul outil permettant de poser un mot sur l’état mental d’un patient. Ce diagnostic se fait loin de notre commune, le parent n’y va donc pas. Ainsi, les personnes atteintes s’isolent. Ces cafés-conférences sont là pour les familles et personnes environnantes, pour ne plus qu’elles restent seules face à une situation qui peut vite se dégrader."

 Un objectif national
Le plan maladies neuro-dégénératives 2014-2019 concerne l'ensemble des malades atteints d'Alzheimer, de Parkinson, de sclérose en plaques et est élargi à l'ensemble des maladies neuro-dégénératives. Son objectif est d’aider les familles ou personnes environnantes de la personne malade, de les renseigner sur les services disponibles via le C.C.A.S. pour que la personne aidée reste le plus longtemps possible à son domicile. "Car, contrairement à ce que l’on pense, explique Christelle Roux, rester à son domicile coûte moins cher. L’Agence Régionale pour la Santé subventionne donc les actions de prévention, dont celle que nous proposons." "Notre volonté est de toucher un maximum de personnes. La méconnaissance des dispositifs disponibles et la pudeur des familles sont les principaux freins à une bonne prise en charge des malades." rajoute Monika.

 Au programme de La Croix Valmer
Une partie sera théorique suivie d’exemples concrets, d’échanges avec retours d’expérience, sous la forme de questions-réponses. Tout cela autour d’un café, "pour ne pas être trop scolaire et rester ouvert, explique Monika. Nous souhaitons répondre au plus près des attentes et autour d’exemples concrets." Pour que la personne aidant puisse écouter et discuter posément lors du café-conférence, le C.C.A.S. propose soit de prendre en charge la personne en perte d’autonomie au C.C.A.S., soit de rester au domicile de l’aidé le temps de la rencontre. Enfin, le C.C.A.S. offre le transport pour ceux qui ne peuvent se déplacer. Il suffit de l’appeler au préalable au 04 98 12 68 40.

 2 intervenantes, 2 rôles
Monika Karasinska est neuro-psychologue. Elle intervient dans les E.H.P.A.D. de Cogolin et Grimaud depuis 2011 après avoir suivi plusieurs formations avec l’association Métaphore Gulliver. Elle prépare actuellement une thèse sur la mémoire de la personne âgée. À travers son parcours dans le golfe de Saint-tropez, elle "voit les familles une étape trop tard. La personne atteinte est déjà hospitalisée puis envoyée en institution en urgence, sans aucune préparation, ni pour elle ni pour l’entourage. Si des supports existent, les personnes pourraient rester plus longtemps à domicile et seraient mieux préparés à entrer dans un placement."
Le C.C.A.S. tient, en complémentarité, son rôle d’informateur et sensibilisateur de l’opinion publique. Il continue de rompre l’isolement des personnes en rentrant, si cela est volontaire, chez la personne et dans chaque famille. Son but est de créer un réseau, connaître le public en difficulté et le raccrocher aux services existants.

 Un cycle progressif en 12 étapes et 10 thèmes
Prédéfini dans une logique d’évolution, le rendez-vous du 24 janvier 2017 décrira les premiers signes d’alerte : une dépression, un isolement volontaire… Déjà quelques familles sont inscrites. Le nombre de places étant limité pour préserver l’intimité et la convivialité, il est préférable de s’y inscrire avant le 23 janvier. Ce rendez-vous est ouvert à Gassin, Ramatuelle, Saint-Tropez, Le Rayol Canadel, Cavalaire, Cogolin, Grimaud…. Un goûter sera le prétexte pour s’adresser individuellement à Monika ou à l’agent du C.C.A.S.
Meteo La Croix-Valmer
Agenda événementiel
Evénements à venir
Collecte de sang
22/09/2017
En savoir +
Jeu Provençal : Grand Prix des Artisans et Commerçants
24/09/2017
En savoir +

labels-certifications

partenaires